Si vous avez enfin décidé de vous mettre aux sports d’hiver, de passer outre votre appréhension de la glisse et de chausser les skis alors notez que le printemps est la période idéale pour débuter et faire ses premières descentes… Et pourquoi donc me direz-vous ? Voyons ensemble pour quelles raisons le printemps (mars et avril) est particulièrement propice à l’apprentissage du ski (ou du snowboard).

 

Des offres dédiées aux skieurs débutants


Depuis quelques saisons déjà, les stations et les écoles de ski proposent des packages tout compris (hébergement + forfaits + cours de ski) spécialement pensés pour les skieurs débutants. L’idée consiste à encourager ceux qui n’ont jamais skié à venir découvrir les joies de la glisse dans les meilleures conditions. Ces offres s’adressent aussi bien aux enfants qu’aux adultes et constituent une réelle opportunité pour enfin « franchir le pas » et se mettre au ski tout en douceur et pour un budget maitrisé.

Pour une journée ou pour une semaine complète, ces offres "ski débutants" se présentent sous forme de remise accordée sur le prix des forfaits de ski et de réduction sur les cours de ski (voir parfois même gratuité). A vous d'en profitez !

 ➽ Découvrez vite ces offres dans notre rubrique "Bons Plans Pâques & Printemps du Ski"

 

Au printemps, doudounes et gros anoraks restent au placard


Si en décembre et janvier il est simplement inenvisageable de skier sans avoir pris soin, au préalable, de bien se couvrir des pieds à la tête, au printemps, la tenue de ski s’allège considérablement. Troquez votre doudoune super chaude (et super volumineuse…) contre une simple veste polaire ou un coupe-vent ; laissez écharpes, cagoules et autres bonnets dans vos tiroirs, pensez simplement à ne pas oublier vos lunettes de soleil !

Ça vous semble peut-être un peu « surfait » comme argument, mais croyez-moi, apprendre à skier en tenue « légère », sans être embourbé sous 3 ou 4 couches de vêtements, quel plaisir !

 

Progresser sans appréhension sur une neige moins « agressive »


Si les bons skieurs la jugent souvent trop lourde et collante, la neige de printemps présente néanmoins l’avantage d’être moins agressive que la neige fraîche de début de saison d’hiver. Au printemps, une fois passée la première heure de la matinée, le soleil de plus en plus généreux jour après jour, confère à la neige une consistance plus molle sur laquelle les skieurs en phase d’apprentissage de la glisse évoluent plus volontiers. L’appréhension de la vitesse s’estompe naturellement (puisque la glisse est moins franche que sur de la neige fraiche) tout comme la peur de tomber (ce manteau neigeux plus mou amortira une éventuelle chute). Moins de stress et donc plus de plaisir !

 

Évoluer sur des pistes de ski moins fréquentées


Savez-vous quelle est la principale appréhension du skieur qui débute (mis à part celle de tomber) ? Simplement celle de se faire renverser par un autre skieur ! Et c’est vrai que ce n’est parfois pas simple pour un skieur qui débute d’évoluer en toute sérénité sur une piste verte ou bleue au milieu d’autres skieurs pas toujours maitre de leur vitesse et de leur trajectoire…

Heureusement, une fois le rush de février passé, la fréquentation des stations de ski diminue de façon très significative à l’approche des beaux jours. Les mois de mars et avril offrent donc l’opportunité de profiter des joies du ski sur des pistes moins « embouteillées ». Moins de skieurs sur les pistes, cela signifie forcément moins de risque de collision et moins d’attente aux pieds des remontées mécaniques. Oubliez la peur d’être percuté, le domaine skiable s’offre à vous !

 

Des moniteurs de ski bien bronzés et toujours plus à l’écoute


L’apprentissage du ski passe parfois (pour ne pas dire souvent) par la participation à quelques cours encadrés par un beau moniteur (ou une belle monitrice selon vos préférences…). Si en mars/avril, après trois mois passés sur les pistes de ski, ces derniers arborent un magnifique teint hâlé, ils sont surtout beaucoup plus disponibles qu’en pleine période de haute saison. Les cours collectifs sont moins chargés (groupe de 5 ou 6 élèves contre parfois 10 ou 12 en février) et vous aurez donc tout loisir de profiter des bons conseils de votre moniteur/monitrice…

 

Des prix bien plus abordables


Quand on est débutant, devoir payer 30, 35 parfois même 40 €, dans un forfait journée alors même qu’on sait pertinemment qu’on va se cantonner à 3 ou 4 pistes différentes, c’est parfois plus que frustrant. Pour en avoir pour votre argent, décider de débuter le ski au printemps peut-être une excellente idée. En effet, dès la mi-mars, et en fonction des conditions d’enneigement, les stations de ski proposent bien souvent de nouvelles grilles tarifaires plus avantageuses pour les bons skieurs comme pour les débutants. Les quelques euros économisés sur le prix de votre forfait vous permettront de profiter un peu plus encore de votre séjour au ski !

 

Un apprentissage du ski entrecoupé par de nombreuses autres activités


Que l’on soit débutant ou pas, l’autre énorme plaisir du printemps c’est de pouvoir profiter de journées chaque jour un peu plus longues. Si en décembre et janvier la nuit tombe assez rapidement (vers 17h30) et sonne la fin des « hostilités », il n’en est rien au printemps ! En mars et avril, il est ainsi possible de conjuguer l’apprentissage du ski avec d’autres activités (sportives, culturelles, ludiques…) tout en multipliant les expériences (détente, adrénaline, partage…) jusqu’à point d’heure !


Vous l’aurez sans doute compris, le printemps est donc bien une saison à privilégier si vous comptez vous mettre au ski cette année. Votre apprentissage n’en sera que plus doux et plaisant et vous garderez sans doute d’excellents souvenirs de votre séjour « ski au printemps » !